La Bataille d’Alger

“Cette guerre était une partie d’échecs, que ni les colonialistes ni les Algériens n’ont gagnée: c’est l’Histoire et la douleur qui l’ont emporté” — Yacef Saadi, ex-militant du FLN

Alger, octobre 1957; les forces d’élite françaises entrent dans la Casbah et viennent s’emparer d’Ali La Pointe, le chef guérillero du Front de Libération Nationale.
Dans La Bataille d’Alger, c’est Brahim Aggiag, un jeune berger analphabète repéré sur un marché, qui interprète le rôle d’Ali la Pointe, le héros du film du réalisateur Gillo Pontecorvo.
Il a des yeux qui trouent l’écran. Des yeux trop noirs en vérité et qui vous brûlent dans la dernière scène du sacrifice final, quand il choisit la mort plutôt que la honte de la capture. Le colonel Mathieu l’interpelle: “Ali! Ali la Pointe! ” et il n’y a que son regard comme réponse. Et quand il meurt, c’est un peu l’espoir qui meurt aussi dans cette salle de cinéma.

Tourné 3 ans après l’indépendance de l’Algérie et le rapatriement de plus d’un demi-million de colons français, le film a été réalisé en noir et blanc dans un style documentaire, avec la technique de caméra épaule pour les scènes de foule. Pontecorvo nous présente la guerre d’Algérie sous deux angles : celui d’Ali la Pointe, ancien délinquant et proxénète radicalisé lors d’un séjour en prison et qui devient l’un des leaders du F.L.N., et celui du colonel Mathieu qui commande les opérations des parachutistes français. Les horreurs commises par les deux camps nous sont exposées avec l’usage de la torture d’un côté, et les attentats aveugles de l’autre.

Considéré par beaucoup comme un film du patrimoine Algérien, La Bataille d’Alger reste le plus important témoignage de cette époque. A voir ou à revoir, ABSOLUMENT!!!

michèle voltaire marcelin

*Censuré en France pendant près de 40 ans, le film vient de sortir de l’oubli après un passage aux États-Unis où il est largement utilisé par l’armée américaine qui le fait visionner aux officiers se rendant en Irak, afin qu’ils voient comment une population peut se défendre contre une armée d’occupation, et ainsi peaufiner à l’aide de ce film leurs méthodes de contre-guerilla.
* The New York Times (Septembre 2003)

* Titre original : La Battaglia di Algeri
* Réalisation : Gillo Pontecorvo
* Scénario : Gillo Pontecorvo, Franco Solinas
* Musique : Ennio Morricone
* Photographie : Marcello Gatti
* Montage : Mario Morra, Mario Serandrei
* Production : Antonio Musu pour Igor Film (Italie)
* et Yacef Saadi pour Casbah Film (Algérie)
* Format : Noir et blanc
* Durée : 117 minutes
* Dates de sortie: 1966 Festival de Venise; 1971 France

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

%d bloggers like this: