Femme Fatale

Carmen1
Le chef-d’oeuvre de Bizet fut sifflé à sa création autant que nous l’applaudissons aujourd’hui. L’opéra fut sévèrement critiqué pour son indécence et Bizet fut taxé d’obscenité; la presse parla même d’une composition “pornographique”! La critique n’eut que des commentaires acerbes et le public fut scandalisé par le triangle amoureux de la cigarière, du brigadier et du toréador éblouis et torturés par la passion.

L’origine populaire des personnages, et pour la première fois, la vision d’une femme libre de son destin et libre d’aimer celui qu’elle avait choisi, secoua la société française de l’époque.

Les esprits des milieux bourgeois étaient choqués par celle qui trônait au centre de l’opéra de Bizet: une ouvrière indépendante et passionnée qui choisissait ses amants et en disposait à sa guise, plutôt que l’inverse. Pour la société hypocrite de 1875, c’était le comble de l’immoralité.

“Quand je vous aimerai? Ma foi, je ne sais pas…Peut-être jamais!.. peut-être demain!.. Mais pas aujourd’hui… c’est certain.”

Elle était pourtant magnifique, Carmen. Sexuelle, sauvage, parfois brutale, elle croquait la vie à pleines dents et n’avait peur de rien. Elle disait que l’amour est enfant de Bohème et cela paraissait de toute évidence. A prendre ou à laisser. Dans un monde dominé par les hommes, elle ne se conformait pas à leur attente et affirmait son identité. Quel péril en effet de l’offrir en modèle aux jeunes filles de cette société patriarcale!

Georges Bizet eut le temps d’assister au scandale de la création de son opéra, mais il mourut quelques semaines plus tard, à l’âge de 37 ans, persuadé de son échec, après la première à l’Opéra-Comique de Paris.

*A Paris, Bizet avait fait la connaissance d’une courtisane, “La Mogador“. Sa relation amoureuse avec cette ancienne prostituée lui avait été bénéfique. Elle lui avait servi de modèle pour Carmen et il composait régulièrement chez elle sur un excellent piano mais, éternel perfectionniste, Bizet réécrit l’oeuvre 13 fois avant d’en être pleinement satisfait.

mich
èle voltaire marcelin

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

%d bloggers like this: