Liste de morts ou rage de vivre…..

mort

…….
Sans oublier, dans cette tourmente,

Lucrèce tranchant dans son vif ;

Drieu bourré de somnifères ;

Vian terrassé par une crise cardiaque ;

Molière trahi par son Malade Imaginaire ;

Mishima et Kawabata se faisant hara-kiri ;

Pessoa pris en flagrant de litres ;

Heredia entrant dans son dernier coma diabétique ;

Cravan dérivant au large du Mexique ;

Empédocle précipité dans un volcan ;

Montherlant se mettant aux abonnés absents ;

Ginsberg le pancréas en loques ;

Desnos et Max Jacob exterminés par les nazis ;

Blok et Khlebnikov lessivés par le régime soviétique ;

Frédérique accomplissant l’acte fatidique ;

La Fontaine corseté entre haire et cilice ;

Maupassant halluciné, syphilitique ;

Roussel sursaturé de barbituriques ;

Lecomte speedé tétanisé ;

Flaubert épileptique ;

Daumal tuberculo-mystique ;

Baillon déjanté, pétant les plombs ;

Breton suffoquant à Lariboisière ;

Podolski marchant dans les airs ;

Vuarnet défiant les oiseaux ;

Verlaine, poivrot, étendu sur le carreau ;

D’Annunzio encombré d’un caillot au cerveau ;

Richaud disant merde à Richaud ;

Cyrano le crâne fracassé par une poutre ;

Plath fichant sa tête dans la gazinière ;

Péguy, Pergaud rétamés à la guerre ;

Alain-Fournier tombé dans la même souricière;

Apollinaire piégé par une grippe meurtrière ;

Virginia Woolf s’enfonçant, lestée, dans la rivière ;

Proust asthmatique ;

Baudelaire hémiplégique et aphasique ;

Audiberti traînant son cancer aux tripes ;

Perros soliloquant par son ardoise magique ;

Oscar Wilde gommé par une méningite ;

Gary se débarrassant définitivement d’Ajar ;

Barthes et Folain happés par des chauffards ;

Milton podagre ;

Genet crevant tout seul loin de Lachare ;

Rigaut en faisant plus qu’un art, un chef-d’œuvre ;

Fritz Zorn appelant la camarde de tous ses vœux ;

Maurice Roche la prenant à son propre jeu ;

Duras écrivant simplement que c’est tout ;

Duprey se passant la corde au cou ;

Salabreuil poussé à bout, inespérant de tout ;

Gauvreau se défenestrant à Montréal ;

Nerval pendu dans une ruelle ;

Gogol affaibli réclamant une échelle ;

Maïakovski se faisant sauter la cervelle ;

Nietzsche hébété, gaga, dans son nirvana ;

Gide gâteux, rappelé à Dieu ;

Pansaers les testicules en feu ;

Kafka à bout de souffle ;

Prévert à court d’haleine ;

Schiller ou Tchekhov ne valant guère mieux ;

Racine taraudé par un abcès au foie ;

Pierre Louys surgonflé par l’emphysème ;

Essenine s’ouvrant les veines ;

Faulkner désarçonné de cheval à Byhalia ;

Camus scratché dans sa Facell Vega ;

Nimier enferraillé dans sa bagnole anglaise ;

Lucien rejoignant ses morts ad patres ;

Topor moins inextinguible que son rire ;

Sophocle mourant en mangeant du raisin ;

Malherbe consumé de chagrin ;

Guattari bien décidé à en finir ;

Voltaire épuisé ;

Scott surmené ;

Joyce l’intestin perforé ;

Morrison overdosé ;

Musset usé par ses excès ;

Ronsard désenchanté ;

Kerouac ivre d’alcool et d’amphétamine ;

Neal Cassady forçant sur la même bibine ;

Bousquet alité, shooté à la morphine ;

Deleuze en ayant plus qu’assez ;

Zola axphyxié par son feu de cheminée ;

Pasolini piétiné par de petites frappes ;

Villon disparaissant sans laisser de traces ;

Socrate buvant la ciguë jusqu’à la lie ;

Colette rabougrie par l’arthrose ;

Hugo en apothéose sur le char des pauvres ;

Lautréamont rattrapé par une épidémie ;

Achille Chavée les bronches en charpies ….

Jean-Pierre Verheggen

Be Sociable, Share!

Leave a Comment

%d bloggers like this: