Archive for March, 2008

the heart

The heart has fours simple chambers and a thousand complicated doors. One of them is yours. jill essbaum


Absence

  Your absence has gone through me Like thread through a needle. Everything I do is stitched with its color. “Separation” by W. S. Merwin   W.S. Merwin is a major American writer whose poetry, translations, and prose have won praise from literary critics since the publication of his first book. The spare, hard verse […]


You might as well live…

Résumé Razors pain you; Rivers are damp; Acids stain you; And drugs cause cramp. Guns aren’t lawful; Nooses give; Gas smells awful; You might as well live. Dorothy Parker   Dorothy Parker (b. 1893) She was irreverent, witty, and sarcastic – known as much for her flashing verbal exchanges and malicious wit as for the […]


L’Origine du monde

Courbet fut un artiste révolutionnaire qui se moqua des conventions et s’opposa toujours à l’académisme. Sa grandeur est sans doute d’avoir porté en lui une vision réaliste et poétique du monde. “Etre à même de traduire les moeurs, les idées, l’aspect de mon époque selon mon appréciation, être non seulement un peintre, mais encore un […]


Brel, passionément

“Moi, je sais tous tes sortilèges Tu sais tous mes envoûtements Tu m’as gardé de pièges en pièges Je t’ai perdue de temps en temps Bien sûr tu pris quelques amants Il fallait bien passer le temps Il faut bien que le corps exulte..” Les Vieux Amants   L’année de mes 13 ans, je suis […]


Seduced by color…

Rufino Tamayo was an extravagantly gifted Mexican draftsman and colorist known for his intense and beautiful color sense. His paintings seem to glow with colors inspired by the people and art of his native land where earth reds, muted greens, brilliant purple and chrome yellow predominate. Octavio Paz, the Mexican poet and Nobel laureate, has […]


Départ

La porte grince L’escalier te vomit dans un cri de saxo Puisque tu es venue rechercher tes affaires Le lit, la salière Mon rasoir entraîné à raser tes sous-bras Et le morceau de ciel que tu prends pour du linge Prends donc, n’oublie pas la corde à laquelle il pend Prends surtout la fenêtre, la […]


Seasons

For everything there is a season, And a time for every matter under heaven: A time to be born, and a time to die; A time to plant, and a time to pluck up what is planted; A time to kill, and a time to heal; A time to break down, and a time to […]


Fragments

  “Break a vase, and the love that reassembles the fragments is stronger than that love which took its symmetry for granted when it was whole. The glue that fits the pieces is the sealing of its original shape. It is such a love that reassembles our African fragments, the cracked heirlooms whose restoration shows […]


Ma mort

C’est aujourd’hui le 30 mai, le dernier jour du délai fixé par le docteur Salmanazar. Malgré le flou tout blanc qui empêchait les sons aigus de me parvenir, j’avais pu entendre des bribes de phrases “Vraiment désolé Guy. Difficile à dire. Tout faire pour adoucir ses jours. Trois mois peut-être.” Alors j’avais compté. Mars. Avril. […]


Dieu existe?

“Des millions de morts, des millions de morts sur tous les continents, pendant des siècles, au nom de Dieu, la bible dans une main, le glaive dans l’autre : l’Inquisition, la torture, la question; les croisades, les massacres, les pillages, les viols, les pendaisons, les exterminations, les bûchers; la traite des noirs, l’humiliation, l’exploitation, le […]


l’infini

On n’écrit pas, il est vrai, pour les sots, mais on a tort ; il faut avoir égard aux sots en ce monde, car étant très  nombreux, stultorum immensus numerus, (le nombre des sots est infini) ils sont très-puissants. L. Peisse.


Le cinéma

Trois ans que j’ai laissé ma ville. Ces années ont passé comme un vertige.  Après tout un ballet de compromis, je suis partie. J’ai laissé derrière moi ceux qui vivent, à la grâce de Dieu, de soupe de terre et d’eau salée. Quel Dieu permettrait cela? J’ai laissé ceux qui sucent la gelée amère de […]


De toute éternité

“C’était un amour magnifique et extravagant. Vieux comme le monde. Fluide comme le temps. Lui-même en souriant disait qu’ils s’aimaient depuis deux siècles. Pour elle, n’existait que le temps d’avant lui et celui d’après. Le premier si court qu’il ne lui restait en mémoire que des souvenirs d’enfance. Le second temps rempli de cet évènement. […]


Un trésor

« Ma chérie, n’oublie jamais, ce petit trésor que le bon Dieu a placé entre tes jambes est indestructible. Il est à toi, rien qu’à toi. Et c’est comme une assiette de porcelaine: tu le laves, tu le savonnes et il est comme neuf! » Lilas Desquiron Romancière Haïtienne LES CHEMINS DE LOCO MIROIR 


Rappelle-toi …

Rappelle-toi Barbara Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là Et tu marchais souriante Épanouie ravie ruisselante Sous la pluie Rappelle-toi Barbara Il pleuvait sans cesse sur Brest Et je t’ai croisée rue de Siam Tu souriais Et moi je souriais de même Rappelle-toi Barbara Toi que je ne connaissais pas Toi qui ne me […]


L’amour fou…

à toi, absolument. "Et je chantais cette romance En 1903 sans savoir Que mon amour à la semblance Du beau Phénix s’il meurt un soir Le matin voit sa renaissance." Apollinaire Un homme m’attend sur le seuil de sa maison, une arme à ses côtés. Un homme seul, assis à l’ombre et que je vois […]